Initiée dans les années 90 – mais suspendue suite à des accidents géologiques dans les années 2000, l’opération Grand Site est relancée depuis 2016. Objectif : Obtenir le label Grand Site de France !

« Le territoire du Grand Site de Sixt-Fer-à-Cheval est un joyau du patrimoine naturel et culturel de Haute-Savoie. Il comprend une partie de la Réserve Naturelle, le cirque du Fer-à-Cheval, la fameuse cascade du Rouget, celle de Sales, les sentiers d’Anterne… » explique Mathieu Battais, chargé de mission au Syndicat mixte du Grand Site de Sixt-Fer-à-Cheval.  » Notre candidature au label s’inscrit dans une volonté de valoriser et de préserver durablement ce paysage remarquable. Son patrimoine unique est fondé sur sa beauté, sa singularité et son identité ».

Mathieu Battais, chargé de mission du Syndicat Mixte du Grand Site de Sixt-Fer-à-Cheval.

5 questions à Mathieu Battais

Qu’est-ce que l’Opération Grand Site pour Sixt-Fer-à-Cheval ?

Mathieu Battais : Lancée dans les années 1990 mais suspendue suite à des accidents géologiques en 2000, l’Opération Grand Site est relancée sur notre territoire depuis 2016. Elle s’inscrit dans une volonté de valoriser et de préserver durablement le paysage remarquable de Sixt-Fer-à-Cheval. Pour entrer dans cette démarche de programme d’actions et d’orientations pour le territoire, le Ministère de l’Écologie valide d’abord notre éligibilité au label Grand Site de France (GSF).

Dans quelle mesure Sixt-Fer-à-Cheval peut obtenir ce label d’excellence ?

Mathieu Battais : Grâce à son patrimoine unique par sa beauté, sa singularité et son identité. Un « Grand Site » c’est un paysage exceptionnel, à couper le souffle, dont les lieux emblématiques sont déjà classés. C’est le cas pour Sixt Fer-à-Cheval qui, à ce titre, est déjà membre du réseau GSF : la réserve naturelle, l’une des plus grandes de France, ses deux cirques glaciaires, dont le réputé Cirque du Fer-à-Cheval (classé en 1925) et ses 30 cascades, dont celle du Rouget (classée en 1914). Ces sites naturels  par leur attractivité subissent une forte pression nécessitant des mesures de gestion et de protection pour garantir un juste équilibre entre nature, tourisme et vie locale.

Le processus pour décrocher ce label, valable 6 ans, est long. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Mathieu Battais : La 1ère étape, celle des ambitions et des enjeux, est validée. La 2e étape est en cours : diagnostic, étude, idées du plan d’actions et d’organisation. Nous allons élaborer un référentiel d’évaluation avant de pouvoir déposer un dossier qui devra intégrer ces différents éléments. Nous devons par ailleurs démontrer que le projet est en en cours d’élaboration et produire des premiers éléments de résultats. Nous ne sommes donc pas encore en mesure de déposer notre candidature. Nous conviendrons avec le ministère du moment opportun pour le faire.

Quel est intérêt pour votre territoire d’être Grand Site de France ?

Mathieu Battais : En plus de la notoriété, la démarche permet d’organiser les flux de visiteurs -plus de 350 000 passages l’été -, de faire de la pédagogie, d’améliorer l’accueil du public, les offres touristiques, les services, et aussi de réhabiliter le cœur du village en termes d’hébergements et commerces.

Sixt-Fer-à-Cheval serait le premier Grand Site de France en Rhône-Alpes ?

Mathieu Battais : À ma connaissance, ce serait le premier de l’arc alpin et en Rhône-Alpes ; en Auvergne, il y a le Puy de Dôme. Il rejoindrait des sites à forte notoriété comme le Pont du Gard, la Pointe du Raz ou les Gorges de l’Ardèche, devenus des destinations touristiques à part entière.

Propos recueillis par Laure Béchade