Chapelle de Cellières : Saint Grat

array(2) {
  ["description"]=>
  array(2) {
    ["active"]=>
    bool(true)
    ["keys"]=>
    array(7) {
      [0]=>
      string(18) "description-courte"
      [1]=>
      string(18) "description-longue"
      [2]=>
      string(11) "age-maximum"
      [3]=>
      string(11) "age-minimum"
      [4]=>
      string(18) "complement-accueil"
      [5]=>
      string(22) "descriptif-hebergement"
      [6]=>
      string(19) "evenement-generique"
    }
  }
  ["type"]=>
  array(3) {
    ["name"]=>
    string(5) "Types"
    ["active"]=>
    bool(true)
    ["keys"]=>
    array(4) {
      [0]=>
      string(5) "types"
      [1]=>
      string(15) "type-secondaire"
      [2]=>
      string(16) "types-habitation"
      [3]=>
      string(17) "types-hebergement"
    }
  }
}

La chapelle est située dans le village de Cellières, lui-même appartenant à la Rivière-Enverse, une petite commune rurale de la Vallée du Giffre.

Notons en passant que cette commune de Haute-Savoie, arrondissement de Bonneville, est constituée non pas de hameaux, mais d'un ensemble de petits villages dont le plus important : Mortier, est aussi le chef-lieu.

Voici une approche historique, un mélange de textes plus ou moins récents, avec son histoire telle qu'elle est racontée par les anciens...
C'est vers l'an 1300 qu'une épidémie de peste noire, amenée par un "épais brouillard" décima la quasi totalité des habitants du village de Cellières, sauf un certain Gay, qui, s'étant réfugié sur les hauteurs, échappa au fléau. A la suite de cette catastrophe, trois familles originaires du Valais vinrent s'installer sur les lieux. Elles entreprirent alors la construction d'un oratoire, sur l'emplacement futur de la chapelle, face à un château aujourd'hui disparu, mais dont on devine encore les ruines limitant un jardin. Cet oratoire fut probablement rattaché à la Chartreuse de Meylan (Taninges) toute proche.
Ce n'est bien plus tard, vers 1680 que fut construite la première chapelle, à la place de l'oratoire, avec l'aide financière de Philibert de la Rue, l'un des derniers Seigneur du Lieu. Cette première chapelle fut détruite pendant la Révolution française, puis reconstruite, plus grande, en 1818 par les artisans et les habitants du village, dont on possède encore les papiers notariés.

Son style est rustique avec un toit à auvent rappelant le style baroque. En 1913 l'intérieur fut refait, mais le mobilier, en particulier les bancs, sont plus récents.
On y trouve les tableaux représentant le chemin de croix, ainsi qu'un tableau montrant Saint Grat (sans doute Saint Gratien) : le saint de la Chapelle repoussant les orages afin de protéger les récoltes, oeuvre du peintre Hartmann.
A la fin des années 82, les quatre murs extérieurs (sud et sud-ouest) ont reçu un crépissage en ciment. Quelques années plus tard, la Chapelle a bénéficié, par l'intervention de la commue, de la totale réfection du toit et du clocher. Enfin, l'assainissement de la base des murs extérieurs a été assuré tout dernièrement par la pose des drains.

Types

  • Site et monument historiques

Thèmes

  • Patrimoine religieux
  • Chapelle

Ouverture

Toute l'année : ouvert tous les jours.

Ce prestataire propose aussi

Chapelle Notre Dame de l’annonciation dit...

Site et monument historiques

La Rivière-Enverse

Grotte de Lourdes des Vagnys

Site et monument historiques

La Rivière-Enverse

La Rivière-Enverse

Site et monument historiques

La Rivière-Enverse